declic
Parcours de vie

Débuter sa transformation : avoir le déclic libérateur

Parfois une simple conversation, une lecture, une rencontre, ou encore un événement plus important, comme un accident ou une maladie peuvent être à l’origine d’un déclic libérateur. Dans cet article, je vais vous expliquer en quoi un déclic peut-il l’être.

Certaines situations semblent inextricables, jusqu’à ce qu’une prise de conscience surgisse et avec elle les solutions pour y mettre fin. Ce déclic soudain permet d’amorcer des transformations dans son existence.

Avoir le déclic, ça veut dire quoi précisément?

C’est avoir une prise de conscience. En d’autres termes, c’est décider que dorénavant, on va faire ce qui compte pour nous et vivre la vie qui nous ressemble. Qu’il soit mineur ou majeur, peu importe, ce dernier peut vous permettre de changer votre quotidien, de prendre de nouvelles décisions et de voir « clair », dans le jeu de quelqu’un, ou une situation qui n’a que trop duré.

Un déclic c’est un événement. Il y a toujours un avant et un après.

Ma propre expérience – ou comment j’ai eu ce déclic ?

Je vais vous faire part, en quelques lignes de mon expérience personnelle.

Depuis plus de six mois, je n’allais pas bien. Je n’étais pas forcément heureuse dans ma vie et me sentais seule alors que j’étais (et je le suis toujours) très bien entourée. Je n’arrivais pas à exprimer mon ressenti à mes proches, j’avais peur du jugement, je me rendais coupable de certaines choses, et parfois on me le « faisait comprendre ». Peu de personnes s’en sont rendues compte, peu de personnes ont réellement cherché à comprendre.

Tout ce que moi je voyais c’est que je n’étais pas bien. J’ai attendu longtemps avant d’en parler car je pensais que c’était simple de le mettre de côté (Au moins je n’y pensais plus). Cependant, le jour où j’ai voulu le partager c’était trop tard. On me disait que c’était dans ma tête, que je fabulais, que ce n’était pas vrai, qu’il fallait que j’arrête de me plaindre. Prisonnière de mon état d’esprit, je n’arrivais plus à prendre le recul nécessaire pour pouvoir évaluer les remarques et me remettre en question. Je me sentais extrêmement seule, coupable d’aller mal et de me plaindre car personne ne comprenait ce que je ressentais à ce moment là.

Pour ceux et celles qui me connaissent vraiment, vous devez savoir à quel point j’aime aider les autres et que leur bonheur m’importe plus que le mien. Ce qui m’a souvent joué des tours. On s’est moqué de moi, et on a utilisé certains traits de ma gentillesse (pour ne pas dire abuser). Et pour la seconde fois dans ma vie, je me suis demandée, et pourquoi pas moi ? Pourquoi personne ne m’aide quand ça ne va pas?

Accumulation de pensées sombres

J’avais tellement accumulé de pensées négatives, que j’ai fini par ressentir ce fameux déclic. Il m’est venu comme une claque dans la figure. A un point où je n’arrivais plus à respirer. Pour vous donner quelques détails, cela a bien duré une trentaine de minutes. Ça m’a frappée au moment où je m’y attendais le moins. J’ai craqué et lâché plus de 6 mois de rancunes, de déceptions et de peines. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait, je voulais juste qu’on m’aide.

Puis je me suis rappelée d’une phrase qu’on m’avait dit il y a de cela 4 ans :

« Sache que personne ne se mettra à ta place. Personne ne cherchera à comprendre véritablement ce que tu ressens et ce sera comme ça toute ta vie. »

Cette personne n’avait pas tord, pourquoi devrais-je attendre des autres qu’ils agissent envers moi comme j’agirais envers eux ? Pourquoi j’aide les personnes qui ne se sentent pas bien ? Parce que je veux qu’elles soient heureuses, car je veux qu’elles s’en sortent et si je peux y contribuer moi ça me va.

Un déclic libérateur pour moi

Ce déclic, m’a permise de me remettre en question. Dans la vie, si on ne se sort pas la tête de l’eau (j’ai préféré rester polie), on n’avance pas.

Je me suis regardée dans la glace, et je me suis dit : Pourquoi devrais-je me renfermer sur moi même? Pourquoi laisserais-je des personnes détruire tout ce que j’ai construit depuis ces dernières années en quelques secondes ? Personne ne te comprends depuis le début, pourquoi ça devrait changer ? Et qu’est ce que ça t’a apporté au final ?

Tout ce que ça m’a apporté c’est que maintenant, j’ai compris les réponses à ces questions. Je sais que je suis capable de m’en sortir seule et que si je ne le fais pas, personne ne le fera à ma place. Je sais que si je veux faire quelque chose, j’en serai capable et personne ne pourra le remettre en question. (Bien sur, j’aimerais bien aller dans l’espace, mais je reste quand même raisonnable vu que j’ai le vertige, vous comprenez)

Ce déclic a été libérateur, car depuis je relativise grandement (peut-être un peu trop) sur tout ce qui m’entoure. Du coup, pour accompagner ce changement, j’ai dévoré énormément d’articles, puis de livres, et écouté beaucoup de vidéos pour apprendre tous les détails et obtenir ce que je voulais de la vie. Ce qui m’a permis de me reconstruire, de positiver et d’apprendre à avoir confiance en moi.

Comprendre, c’est le début de la libération

La plupart du temps, les personnes souffrent beaucoup quand ils sont en totale incompréhension des évènements qui leur arrivent. C’est le cas lorsque l’on rencontre des problèmes récurrents : un amour toxique, un chef manipulateur, une amie qui vous trahit… Cette absence de compréhension peut s’accompagner d’un sentiment d’enfermement, où se mêlent inquiétude et inconfort comme vous avez pu le voir précédemment dans mon parcours. Tout le travail va alors consister à mettre de la conscience, de la compréhension et de la lumière dans cet inconscient. C’est là que le déclic intervient, une révélation soudaine et libératrice.

Le déclic est pour ma part, un élément déclencheur vers la voie du changement. Cependant, je trouve que ce dernier intervient parfois trop tard et qu’il fait plus ou moins mal en fonction des différentes situations. C’est l’aboutissement d’un cheminement. Il diffère en fonction de chacun tant sur la durée, que sur les raisons qui le motive. C’est une étape tortueuse et semée d’obstacles, mais qui ouvre vers la liberté.

Vous ne l’avez-pas ? Provoquez-le au fur et à mesure !

Sachez qu’il n’est pas trop tard, ni trop tôt pour vous reprendre en main. Suivez des exercices qui vous permettent de reprendre confiance en vous. Aimez-vous comme vous êtes et en ne doutez jamais de vos choix.

Voici un conseil que je vous donne pour prendre le recul quotidien nécessaire et enfin penser un peu à vous :

  • Prendre le temps, de prendre le temps : Dès que vous le pouvez, posez-vous quelque part avec des produits beautés, un livre, un cocktail (sans alcool). Prenez le temps de vous faire plaisir pendant 10 minutes
  • Si vous n’avez pas le temps ou n’y pensez jamais : Planifiez vous ces 10 minutes quotidiennes dans votre emploi du temps (sur google agenda par exemple, ou notez le sur un post it)
  • Prenez un carnet et un stylo, un téléphone et posez-vous les bonnes questions : qu’est ce que je risque de regretter dans 10 ans si je ne fais rien ? Quelles sont les envies et les projets passés que je regrette ? Est-ce que ma situation actuelle me convient et pourquoi ?

Puis après ces petits exercices, demandez-vous quelle est la première action simple que vous pourriez réaliser à court terme ? L’objectif étant d’avancer de manière progressive.

Et vous, avez-vous déclenché le déclic qui vous permet de changer ? Qu’allez-vous faire dans les prochains jours, les prochaines semaines pour enfin passer à l’action ?

Je vais vous faire très prochainement d’un article avec une série d’exercices. Ils vous permettront de déclencher au fur et à mesure des habitudes afin d’éviter d’arriver au même stade que moi, que beaucoup d’autres.

Merci de votre lecture,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *